Sahara Marocain, aux avant postes,dans la ligne de Défense

  • 2021
  • Grand Angle
Lire

Depuis le début des années 80, la Ligne de défense fortifiée sécurise les frontières Sud du Royaume. Long d’environ 2500 kilomètres, ce “rempart” est surveillé sans relâche, 24 heures sur 24 par les différentes unités des FAR qui sont aux aguets pour contrecarrer toutes formes de menaces.

C’est une grande première pour une chaîne de télévision nationale que d’accéder à cette zone sensible. L’équipe de Grand Angle a été autorisée à tourner au niveau de la Ligne de défense qui sécurise les frontières Sud du royaume. Une visite inédite et exceptionnelle à suivre jeudi 4 novembre à 21h50 sur 2M.
Derrière la réalisation de ce document-événement, qui sera diffusé dans le cadre de la célébration du 46ème anniversaire de la Marche Verte, une équipe professionnelle et aguerrie composée de Hicham Ajebli (images), Souad Gaby (son) et Abderrahman Hmimou (montage), le tout chapeauté par le journaliste Adil Boukhima. Ce dernier nous livre ses impressions sur cette visite exceptionnelle et inédite dans cette interview.

2M.ma : Votre équipe a été autorisée exceptionnellement à filmer la Ligne de défense au Sud du Royaume. C’est une grande première. Pourquoi avez-vous choisi ce sujet ?
Adil Boukhima : Tout journaliste a envie d’aller filmer la Ligne de défense. Beaucoup en parlent mais peu l’ont vue. L’idée de réaliser un reportage s’est aussi imposée compte tenu du contexte régional. A lire les communiqués du Polisario, essentiellement de la propagande, on a l’impression que les frontières sud du Maroc subissent des attaques quotidiennes et répétées. D’où l’intérêt d’y aller et de voir la réalité des choses. Sur place, on découvre une armée professionnelle et aguerrie, et contrairement à ce que relayent certaines presses, c’est calme et il y a même un sentiment de sérénité.

Pour toutes ces raisons, on a envoyé une demande de tournage. Et puis un jour, on a reçu l’autorisation de l’Etat-Major! Malgré les délais relativement serrés, on a tenu à ce que le reportage de 26 minutes soit diffusé dans le cadre de la célébration du 46ème anniversaire de la Marche Verte.
Vous avez donc été en immersion totale dans cette zone sensible auprès des éléments des FAR. Racontez-nous cette expérience assez inédite…
Ce n’est pas simple pour un civil de se retrouver dans un environnement strictement militaire. Il y a des règles, des procédures à respecter. Le premier constat, on découvre une armée éminemment professionnelle. Tout fonctionne, tout roule. Il n’y a pas de place pour l’improvisation. De l’aéroport de Salé à notre site de tournage à Farcia, on est passé de l’avion aux véhicules 4*4. Tout est réglé comme du papier à musique.
Autre surprise en arrivant, c’est l’organisation et la logistique. De jour comme de nuit, nous avons essayé de relater le quotidien de nos soldats. Une journée répartie comme vous allez le voir dans le reportage entre séances d’instruction et exercices, entretien de l’armement et du matériel, entretien de la Ligne de défense… sans oublier la surveillance 24h/24.
Quand on parle d’organisation et de logistique, il faut savoir que nous ne sommes pas dans un environnement accueillant. Et pourtant, tout est là pour que notre armée travaille dans les meilleures conditions et soit 24h/24 à 100% de ses capacités. Dernière chose qui étonne un civil, c’est le sens élevé du devoir des militaires que nous avons rencontrés. On découvre une armée ultra-moderne, des gens professionnels, brillamment formés, fiers de leurs missions et contents d’être là où ils sont. Des jeunes maîtrisant plusieurs langues et des techniques les plus modernes et aussi d’autres qui sont dans l’armée de père en fils, depuis des générations.
Quels ont été les moments forts de ce tournage ? Qu’en retenez-vous ?
Les moments forts de ce tournage restent indéniablement les rencontres effectuées. Des rencontres magnifiques et des profils qui forcent l’admiration. Nous avons pu recueillir des témoignages poignants comme celui du capitaine Aziz Zaki, chef des services techniques et logistiques. Fils et petit-fils de martyrs, Aziz Zaki qui a bouclé ses 15 ans de services dans la zone sud, incarne cet amour à la mère patrie et ce sens du sacrifice.
Nous avons également été frappés par l’énorme travail effectué pour sécuriser nos frontières. Édifier une ligne de défense qui s’étend sur 2500 km n’est pas une mince affaire. Mais le défi a été relevé. Cela sans oublier le degré d’organisation que nécessite un tel dispositif en termes de ravitaillement, d’offres de soin, de loisir… Ce qui a attiré aussi notre attention est le mode de soutien des militaires basé sur « Laâchra ». Cette notion qui consiste à loger, manger et combattre avec le même groupe permet de raffermir les liens sociaux et professionnels entre
les militaires.
Enfin, une chose plus personnelle : pour les citadins comme nous, se retrouver en plein désert dans son immensité, avec la force de la nature, on relativise nos petits soucis de journalistes et de citadins. Et cela ne rend que plus fort l’engagement des FAR sur pareils terrains.


Reviews for Sahara Marocain, aux avant postes,dans la ligne de Défense

There are currently no reviews for Sahara Marocain, aux avant postes,dans la ligne de Défense
Scroll to top
Consommation de données mobiles
Pour préserver sont forfait 4G il et préférable d'activer le Wifi