La face cachée des énergies vertes

Une technologie verte mais polluante est impossible à recycler …: Cette vaste enquête menée à l’échelle mondiale révèle les effets néfastes des solutions propres dans la transition énergétique.

Face au changement climatique, de nombreux pays se sont engagés dans une transition énergétique. Depuis que la COP21 s’est fixé un objectif exigeant de réduction des gaz à effet de serre en 2015, l’énergie verte se développe. Les véhicules électriques sont donc devenus la mascotte de cette révolution technologique. Mais les constructeurs sont prudents quant à l’empreinte carbone de leurs voitures et apposent fièrement le label ZE («Zero Emissions»). Non seulement ils consomment de l’électricité qui n’est pas toujours propre, mais ils sont également avides de métaux rares (néodyme, cérium, cobalt, lithium, etc.) comme les panneaux solaires et les éoliennes.Son extraction fait rage à l’autre bout du monde. Afin de réduire les particules fines dans l’air dans notre centre-ville, la pollution est transférée vers le lieu invisible, et les pays émergents espèrent profiter des minéraux sans tenir compte des habitants. Par exemple, en Chine, en tant que champion des métaux rares, dans la province du Heilongjiang, la poussière toxique recouvre les zones agricoles, arrachant les agriculteurs à leurs terres, provoquant le cancer et faisant des mineurs les «bouches noires» du 21e siècle. siècle.

Nouvelle dépendance

Afin de démontrer les effets néfastes de la Révolution verte, cette enquête ambitieuse s’est inspirée de l’article de Guillaume Pitron «La guerre des métaux rares» (Les bond quilibéré, 2018), qui s’étend d’un bout à l’autre du monde. Une extrémité. Il nous a emmenés de la France (l’industrie des panneaux solaires a succombé au dumping en Chine) au Chili, qui a été durement touché par l’extraction du cuivre, et a traversé l’Allemagne, où les pales des éoliennes étaient empilées à l’extérieur. Par convention, la Chine a contrôlé toute la chaîne de valeur en Bolivie, et la Bolivie ne veut plus se contenter de l’extraction exclusive de minéraux.

Car en misant sur ces trompeuses énergies vertes, les pays occidentaux ont troqué leur dépendance au pétrole contre une addiction aux métaux rares, un choix qui pourrait leur coûter cher sur le plan économique. Un nombre impressionnant d’entretiens, avec des ouvriers, chercheurs, ingénieurs, activistes, industriels, actuels ou anciens ministre – parmi eux, Arnaud Montebourg, écœuré –, étaie cette exploration de notre économie globalisée où chaque gain écologique se paie en émissions de CO2.

  • Réalisation :
    • Jean-Louis Perez
    • Guillaume Pitron
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2020


Reviews for La face cachée des énergies vertes

There are currently no reviews for La face cachée des énergies vertes
Scroll to top
Consommation de données mobiles
Pour préserver sont forfait 4G il et préférable d'activer le Wifi